RSS feed

Editorial

Le domaine de la traduction audiovisuelle se développe de façon spectaculaire depuis plusieurs années. Au départ essentiellement concerné par la traduction interlinguistique de films, il comprend actuellement un éventail de sous-disciplines, de l’accessibilité aux medias jusqu’aux multiples aspects de la localisation. Le présent numéro ‘Traduire les multimodalités’, dirigé par Carol O’Sullivan et Caterina Jeffcote, propose des perspectives contrastées sur ce paysage en pleine évolution. Comme le note Carol O’Sullivan dans son introduction, les textes multimodaux et leurs traductions ne datent pas d’aujourd’hui. Toutefois, c’est leur prévalence qui est de plus en plus visible depuis une dizaine d’années, à l’ère d’une communication globale et transmise à travers plusieurs circuits. Un grand nombre de textes professionnels, des vidéos d’entreprise aux jeux vidéo  sont ainsi traduits à travers différents modes d’interaction sémiotique. A bien des égards, la multimodalité est devenue la norme en communication. Elle implique également une certaine ‘multimodélité’ de par les diverses façons dont nous concevons le transfert des textes. Tout un éventail de modèles peut en effet être utilisé pour repenser la traduction et la médiation. Ce numéro illustre non seulement les défis de la traduction, mais également sa nature créative et “conviviale”, pour reprendre un terme utilisé par Michael Cronin1.

Comment communiquons-nous grâce aux, mais aussi, au-delà des mots, dans les mondes professionnels, technologiques et culturels dans lesquels nous vivons? Alors que de nouvelles formes d’alphabétisation se développent au XXIème siècle, comment ces mouvements influencent-ils la pratique de la traduction, l’émergence de la transcréation et de la communication multilingue ?

Ce numéro ouvre le débat sur ces thèmes dans douze articles, introduits par Carol O’Sullivan. Il nous a également semblé approprié d’inclure un film traitant de l’accessibilité, accompagné d’un article exposant les   défis qu’elle implique.

Il ne s’agit que d’une porte ouverte sur un domaine en expansion. Néanmoins, les articles ci-inclus ouvrent la réflexion sur les nouvelles manières par lesquelles la traduction répond aux paradoxes de nos cultures contemporaines de  “convergence” et de divergence2.

Lucile Desblache

Note 1:
 Michael Cronin (2013). Translation in the Digital Age. London: Routledge, pp. 132-133.
Return to this point in the text

Note 2:
Henry Jenkins (2006). Convergence Culture: Where Old and New Media Collide. New York: NYU Press.
Return to this point in the text